Libon, enfin un début de quelque chose interopérable.

La semaine dernière Orange publiait ce communiqué, à propos de sa messagerie OTT. Je suis habituellement très critique envers Orange. Pour une fois c’est le moins arriéré des opérateurs mobiles grand-public français.

Les smartphones ont commencé à réellement se démocratiser depuis 2010 environ. En France, ce mouvement s’est accompagné des forfaits avec SMS illimités et un début de forfaits data 3G. Les opérateurs en place tout comme Free ont cependant voulu s’accrocher désespérément à leurs marges sans voire qu’avec ou sans eux, les utilisateurs, de plus en plus mobiles, passeraient à un mode de communication tout IP. Des problèmes de qualité de service rendent la chose légèrement plus délicate pour des communications vocales, mais pour des mini-message c’est techniquement très aisé.

Bilan des courses :

  • les opérateurs européens ont pu grappiller quelques euros d’itinérance SMS/MMS à l’étranger durant quatre ans de plus
  • Whatsapp est devenu leader, maintenant racheté par un géant américain
  • de nombreuses personnes ont perdu toute confidentialité dans leurs échanges, c’est particulièrement vrai en Espagne

N’aurait-il pas été plus efficace d’attribuer un compte XMMP du style numero_tel@xmpp.opérateur.fr à chaque nouvel utilisateur depuis le début de l’expansion des smartphone et de conseiller d’utiliser ce compte avec des clients mobiles en voyage ? N’aurai-t-il pas été possible d’utiliser la norme ENUM dans le DNS (comme expliqué dans mon premier article) contenant l’URL du compte XMPP associé à un numéro de téléphone ? Ce qui aurait permis de choisir librement un fournisseur de confiance pour recevoir ses message de manière transparente pour l’utilisateur ? Pourrait-on imaginer d’avoir un serveur sur son téléphone (nécessite l’IPv6) afin d’assurer que nos communications soient chiffrées directement à la source ?

Je n’ai pas encore creusé le fonctionnement de Libon. Il reposerait a priori sur une norme OpenChat apparemment dérivée d’XMPP (d’après http://blog.libon.com/status/)  et un client HTML5 serait disponible pour tous ceux ne voulant pas installer d’application. Très bien ; mais la chose la plus importante est l’interopérabilité d’infrastructure : celle de Libon me permettra-t-elle d’héberger mon propre serveur de messagerie, ou bien d’héberger mon compte chez un ami, une association ou une petite entreprise à qui je fais plus confiance que mon opérateur national ? OpenChat apporte-t-elle réellement une amélioration technique ou cette norme maison a-t-elle pour but une nouvelle fois de nous enfermer dans un éco-système ? Parle-t-on d’une extension d’XMPP qui sera documentée (comme Jingle pour la vidéo) ou bien fermée comme Whatsapp ?

Quand est-ce que les opérateurs montreront qu’ils ont compris qu’un abonnement mobile est sensiblement similaire à un abonnement fixe : on loue une connexion IP (neutre, supportant l’IPv6 si possible) a un prix mensuel fixe (la plupart du temps). La seule différence est que cette connexion IP est disponible sur tout le territoire national et peut éventuellement entraîner des frais de roaming à l’étranger. Les autres services IP (appels, SMS, TV, jeux, ristourne pour des services tiers) peuvent éventuellement augmenter le ticket moyen… mais sont périphériques.

Quand est-ce qu’ils comprendront que la mentalité « telecom » est mourante sur le marché grand-public ? L’un d’eux osera-t-il un jour innover et devancer le marché plutôt que de suivre le monde internet voire reculer pour mieux sauter ?

Je ne suis d’ordinaire pas interventionniste, mais quand on voit le risque de perte d’interopérabilité et confidentialité de nos moyens de communications, j’en viens à me demander si une régulation en la matière ne serait pas nécessaire. On ne parle pas de n’importe quel service marchand, mais d’échanges interpersonnels. Le passage à l’IP devrait, de part la nature décentralisée de l’architecture d’internet, nous libérer de l’emprise des 4 grands opérateurs nationaux et non pas concentrer le pouvoir dans un ou deux géants mondiaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *